La bonne et la mauvaise façon d'être une femme

La bonne et la mauvaise façon d'être une femme

La bonne et la mauvaise façon d'être une femme

Par Seema

Mes parents ont essayé d'intervenir pour régler mon problème de célibat chronique depuis que je suis revenue à Londres.

Ils ont peur que je sois gay à cause de ma coupe de cheveux et aussi du fait que je m'assois les jambes trop écartées.

Il n'y a qu'une bonne façon d'être femme à leurs yeux. Toutes mes réalisations ne sont rien comparées à ma capacité à procréer et à être une bonne épouse pour un homme qui tolérera mon franc-parler.

On me dit que je n'ai pas l'air d'avoir 38 ans (un argument de vente que mon père mentionne constamment à tous les potentiels éligibles qui frapperaient à la porte). Ils ont essayé de me brancher avec le type venu relever le compteur. C'est épuisant.

Ça leur fait mal de penser que mon joli visage et que mon utérus fonctionnel pourraient être gaspillés. Mais je ne veux pas avoir d'enfants. Ou me marier. Et ce n'est pas normal.

Quand j'étais enfant, je n'ai jamais joué à me marier. Un garçon m'a embrassé pendant la chasse au baiser et je l'ai frappé. Je voulais des Transformateurs, pas des Barbies. Je voulais être Sarah Connor et démonter Skynet.

Un bien beau gâchis à leurs yeux.