Le patriarcat dans lequel nous élevons nos enfants

Le patriarcat dans lequel nous élevons nos enfants

Le patriarcat dans lequel nous élevons nos enfants

Par Périne

J'ai toujours été un garçon manqué et je pense toujours que les garçons s'amusent plus en grandissant ; aller à la chasse au trésor, faire semblant de voler vers la lune ou d'être un super-héros... Pendant que les filles jouent à agir comme des adultes élevant une famille, à payer les factures sur des calculatrices roses, à être des princesses ou des coiffeuses !

Mes parents étaient assez modernes, je suppose, car je me souviens avoir joué pendant des heures à construire le vaisseau de Star Wars Enterprise en Lego avec ma soeur... Puis j'ai découvert Barbie et je suis passée du côté obscur de la force !

Quand j'ai appris que j'attendais une fille, j'ai voulu avoir la même approche que mes parents avaient eue avec moi et mes sœurs, à savoir qu'elle serait ce qu'elle se sentait à l'aise d'être (mais j'ai secrètement prié pour qu'elle ne soit pas trop girly et qu'elle revienne de préférence à la maison avec un pantalon déchiré après avoir trop joué à la récré !) 

En fait, elle nous a montré assez rapidement qu'elle était sa propre personne et j'ai réalisé que je n'avais pas le droit de l'empêcher d'être qui elle était. Et croyez-le ou non, elle est du côté girly. En ce moment, elle aime les licornes, sa couleur préférée est le lilas et elle collectionne les poupées LOL ! Mais elle s'amuse aussi avec des petites voitures et s'est déguisée en Dracula pour Halloween. J'ai donc l'impression que nous avons fait un excellent travail pour lui faire comprendre qu'elle peut être tout ce qu'elle veut, quel que soit son sexe.

Pourtant, elle revient parfois de l'école en prétendant que le football n'est pas pour les filles, que les jeux vidéo sont pour les garçons, me racontant comment elle prépare son mariage avec Khaled, son amoureux à l'école... Des bêtises auxquelles je me presse de mettre un terme. Je passe du temps à regarder la Coupe du monde féminine avec elle, je lui dis qu'elle n'est pas obligée d'épouser qui que ce soit et qu'elle devrait plutôt être curieuse, étudier, voyager... En un mot, vivre sa vie.

Pour m'aider à briser les stéréotypes homme/femme avec mes enfants, mon mari travaille de la maison et s'occupe de l'école et des enfants quand ils sont malades pendant que je vais au bureau et que je rentre tard. Bien sûr, selon mon mari, tout ce qu'il fait et qui implique les enfants ou les tâches ménagères n'est qu'une preuve supplémentaire qu'il est un Super Papa (wouah, regardez-le faire les courses ET pousser le bébé dans le landau !) alors que les mamans qui font exactement la même chose ne seraient même pas remarquées, encore moins félicitées. Mais je m'écarte du sujet...

Malgré tous nos efforts, je constate que mon fils est plus aventureux et plus bruyant que ma fille ne le sera jamais... Étienne est plus sociable qu’Éloïse. Il parle avec assurance aux enfants comme aux adultes, alors qu’Éloïse a parfois du mal à se sentir à l'aise avec les enfants de son âge ! En même temps, Étienne sait mieux exprimer ses sentiments et aime porter des robes et danser avec ses amis (garçons et filles) sur la chanson de Frozen ! Est-ce de notre faute ? Avons-nous en quelque sorte empêché notre fille de se révéler et encouragé notre fils à s'exprimer ? 

C'est un combat de tous les jours pour que la société ne transforme pas ma fille en demoiselle en détresse et mon fils sensible en une brute ! Ce que je veux plus que tout, c'est qu'ils soient heureux et qu'ils aient le sentiment de pouvoir être qui ils veulent.