Bi, Queer et Sexy

Bi, Queer et Sexy

Bi, Queer et Sexy

Par Judy

Bisexuelle, queer et sexy. Ces mots qui se veulent souvent être une attaque me rendent plus forte. Chacun de ces attributs (bisexuelle, queer, féminine) est ce qui me donne confiance en moi et ce qui me rend sexy de la surface de ma peau jusqu’au plus profond de mon être.

Alors comment trois mots aux connotations sexistes, me font-ils me sentir si forte ? Ou, plus précisément, pourquoi les sexistes pensent-ils que ces mots sont négatifs et les utilisent-ils donc dans des discours haineux ?

Une grande partie du pouvoir que j'ai trouvé dans ces étiquettes, je l’ai construit afin de me préserver. Reprendre le contrôle sur des termes qui semblent être dérogatoires parce qu’utilisés pour humilier, dégrader ou convaincre l’autre de sa “faiblesse” leur fait perdre leur pouvoir négatif. Les termes qui étaient censés m’enfermer dans un concept de soi restrictif disparaissent comme pulvérisés lorsque je les utilise. Je les transforme en quelque chose de beau, de courageux et comme source d’une énergie encore plus sexy !

Être bisexuelle, queer et féminine peut être un peu "déroutant" pour le sexiste lambda. Je mets le mot "déroutant" entre guillemets parce qu’il ne l’est que lorsque ces termes sont utilisés avec intolérance. Le sectarisme intolérant dit, sans s'y limiter que;

Une personne queer est une menace (car elle l'oblige à réfléchir consciemment à son rôle normatif dans la société et à sa perpétuation de ce qui «devrait» être la «norme»).

Les femmes existent pour leur consommation perverse plutôt que de reconnaître et d'accepter que les femmes peuvent être sexy pour elles-mêmes, comme pour d’autres femmes sans avoir aucun désir d'être reluquées par des hommes louches. Il est temps de reconnaître que l’énergie féminine est une force de la nature qui ne peut pas être ignorée ou rabaissée.

Les femmes bisexuelles ne sont que dans une “phase expérimentale” dans l’attente du prince charmant qui viendra les sauver. En effet, qui pourrait accepter que la bisexualité soit un état constant, pas une “phase” et cela, quel que soit le nombre de femmes bi qui sont avec des hommes. Quel sexiste normatif pourrait comprendre qu’une telle relation ne sera jamais “hétérosexuelle” car la bisexualité de cette femme ne cesse pas d'exister parce qu’elle est avec un homme.

Comme beaucoup de féministes intersectionnelles, je suis sexy et résolument déterminée à lutter contre le sexisme. Par conséquent, je crois au fait qu’il faille s’exprimer face aux fanatiques sexistes, chaque fois que nous sommes en mesure et en sécurité pour le faire.

Contester le sexisme peut être non seulement inconfortable, mais aussi extrêmement dangereux pour les femmes. Défier ouvertement le sexisme, c'est aussi remettre en cause la supériorité des hommes au sein d'une société construite pour les faire régner. Crier et essayer de démanteler ce patriarcat peut être terrifiant pour les hommes qui bénéficient largement des privilèges qui leur ont été accordés et de ce qu'ils perpétuent. Avant de lutter contre le sexisme, je considère d'abord ma sécurité afin de ne pas être attaquée pour simplement avoir défendu mon choix de vie.

Bien que nous ayons appris a chercher le bonheur à travers la validation des hommes, lorsque nous décomposons l’impact du sexisme, nous réalisons que le vrai bonheur réside dans notre estime de soi et notre amour-propre. L'amour de soi et l'amour (platonique ou autre) entre les femmes est plus que constructif. Il lève le voile créé pour nous empêcher de voir notre vraie nature et nous permet de cultiver et de favoriser notre pouvoir féminin.

Je parle souvent à d'autres femmes des frustrations qui accompagnent le fait d'être une femme. Ces frustrations sont en vérité peu souvent dérivées de notre être physique, mais proviennent plutôt de la définition et de la place de la femme dans la société. Une société qui nous sexualise avec le regard masculin tout en nous faisant honte d'avoir une sexualité qui nous est propre. Nous sommes autorisées à être des objets sexuels, mais pas autorisées à nous sentir sexy. On nous dit que notre valeur est appréciée lorsque nous sommes attirantes pour les hommes, mais tout signe d'amour propre est une faille égocentrique. L'amour de soi devrait venir de l'intérieur. Mais l’amour de soi est ce qui nous fait nous sentir sexy de l'intérieur et ce qui nous fait rayonner à l'extérieur. L'amour de soi est contagieux, car il passe de femme en femme et nous redonne à toutes notre pouvoir. C'est ce que les sexistes craignent, et c'est ce que les sexistes veulent vraiment étouffer. La structure du sexisme est construite sur l'oppression des femmes au point que notre estime de soi est entièrement basée sur la satisfaction des hommes.